Dialoguer avec les morts, est-ce inoffensif ?

Dialoguer avec les morts, est-ce inoffensif ?

Dialoguer avec les morts, est-ce inoffensif ? Le spiritisme est une pratique répandue, tout comme la consultation de médiums, dans le but de communiquer avec un proche décédé ou de connaître l’avenir. Ces pratiques sont-elles inoffensives ? La réponse de Michael Dor, alias Jean-Christophe Thibaut, un auteur jeunesse français connu pour sa tétralogie fantastique La Porte des Anges.

Lavieapreslamort.com : Après le décès d’une personne de ma famille, je n’arrivais pas à faire mon deuil. Je suis allée voir un médium qui m’a permis d’entrer en contact avec elle. Ça m’a fait énormément de bien, de pouvoir lui parler, lui dire que je l’aimais, savoir qu’elle allait bien… C’est fascinant de pouvoir communiquer avec les morts !

Je le comprends ! Ce n’est pas nouveau : en tous lieux et à toutes époques, on a cherché à communiquer avec les morts. On appelle ça la nécromancie. Le terme spiritisme ne date que du XIXe siècle et désigne une doctrine élaborée par un certain Allan Kardec. Même la Bible en parle, en 1 Samuel 28 : le roi Saül va consulter une nécromancienne – on dirait aujourd’hui un médium. La scène où l’esprit du prophète Samuel apparaît – un vieillard couvert d’un grand manteau qui sort de terre – est impressionnante. Mais le roi est réprimandé et ça finit mal pour lui. On retrouve toujours le même message dans la Bible : la nécromancie est une pratique dangereuse et néfaste. L’Église s’en fait aussi l’écho : « Le spiritisme implique souvent des pratiques divinatoires ou magiques. Aussi l’Église avertit-elle les fidèles de s’en garder » (Catéchisme de l’Église catholique, 2117).

Lavieapreslamort.com : Mais ça n’a rien de méchant de faire du spiritisme ! On appelle l’esprit de quelqu’un qu’on connaît qui est mort et il nous parle en nous montrant des lettres pour répondre à nos questions. Et tout ce qu’il dit est vrai, nous l’avons vérifié !

Communique-t-on avec l’âme d’un mort, ou avec un esprit qui se fait passer pour un proche décédé ? Personnellement, j’ai pratiqué le spiritisme dans ma jeunesse. Depuis plus de 25 ans, je suis en lien avec des gens qui communiquent avec l’au-delà, soit avec un verre baladeur ou une planche Ouija, soit par l’intermédiaire d’un médium. Et je suis arrivé à la conviction que l’on ne parle jamais à un mort. D’ailleurs, dans ces séances, on ne reste jamais longtemps en communication avec le « défunt », qui ne semble pas avoir grand-chose à nous dire, à part quelques mots convenus, qu’il va bien et qu’il nous aime… Très vite, ce sont des « esprits » qui prennent le relais. Qui sont-ils ? En un mot, je crois qu’ils appartiennent à ce que l’on appelle le monde invisible. Ce ne sont pas des anges, qui communiquent avec nous de manière plus subtile et moins théâtrale, mais des démons, des anges déchus. Parce qu’ils appartiennent à l’ordre de la création, ils ont des connaissances comme nous, les humains, et ils savent des choses concernant notre vie ou celles de nos proches vivants ou décédés. Mais justement parce qu’ils ne sont que des êtres créés, leurs connaissances sont limitées, d’autant plus que le monde angélique leur est fermé et qu’ils sont loin de Dieu. Ils « squattent » notre monde et sont fermés à la vérité. Lorsque l’on interroge ces esprits, croyez-moi, on n’apprend jamais rien d’intéressant. Tout est confus, contradictoire, mensonger. Quant à leur connaissance de l’avenir, laissez-moi rire : ils ne sont pas capables de deviner les numéros du loto qui vont sortir, alors comment pourraient-ils nous dire des choses vraies et profondes sur l’au-delà, le sens de la vie, sur Dieu ?

Lavieapreslamort.com : J’ai des amis qui vont régulièrement consulter un voyant pour prendre des décisions à des moments importants ou pour connaître leur avenir. Ça me tente bien aussi…

On a tous peur de l’avenir, encore plus en cette période de crise où l’on a besoin de se rassurer. Je ne dis pas que tous les voyants sont des escrocs, mais ce sont souvent des gens très psychologues qui ont du métier. Quand on les rencontre, ils demandent qu’on ne leur dise rien de nous, mais ils savent que leurs clients viennent toujours avec le même type de questions. Le médium lance quelques petites sondes et observe les réactions. Le problème, c’est que nous perdons notre liberté lorsque nous voulons connaître notre avenir. Et, inconsciemment, nous cherchons à faire advenir la prédiction qui nous a été faite en adaptant notre comportement en fonction de ce qui nous été dit. Et quand la chose arrive, on applaudit la clairvoyance du médium, sans se rendre compte que c’est lui qui a pris les commandes de notre vie. Je crois que nous devons rester libres. Rien n’est écrit d’avance, il n’y a pas de prédestination. Et personne ne devrait avoir du pouvoir sur nous et nous manipuler. Mon avenir dépend des choix que je prends librement aujourd’hui.

Lavieapreslamort.com : J’ai rencontré une sorte de thérapeute incroyable qui m’aide à remonter dans mes vies antérieures. En fait, mon inconscient communique avec son inconscient, juste en posant sa main sur la mienne, et lui parle par écriture automatique. C’est beaucoup plus puissant qu’une psychothérapie.

Depuis les années soixante-dix, dans le sillage du Nouvel Âge, on a vu le fleurissement de multiples méthodes dites thérapeutiques, comme celles que tu décris : la psychophanie. Elles sont pour la plupart un croisement du channelling – un autre nom du spiritisme –, du magnétisme, de pratiques extrême-orientales à base de souffle, d’énergie, et d’écologie. En réaction à une médecine occidentale que l’on trouve intrusive, sectorisée et manquant d’efficacité surtout depuis le problème non résolu du sida, beaucoup de gens se tournent vers des médecines alternatives, que l’on pense être plus « douces », ou diverses expériences psychiques. Soyons clairs : derrière ces pratiques qui se ressemblent beaucoup, se cachent des pratiques magiques ou des rites chamaniques. Ces « psychothérapeutes » relèvent parfois de l’exercice illégal de la médecine. Ces gens s’attribuent des titres ronflants et se bardent de diplômes fictifs. En revanche, derrière ce paravent apparemment séduisant, on retrouve globalement les mêmes conceptions du monde, de l’homme, du cosmos, qui ont été véhiculées au XIXe siècle par des courants ésotériques et que l’on retrouve aujourd’hui sous diverses formes. On y trouve la croyance en la réincarnation, à la communication avec des « esprits de l’astral », et en une énergie primordiale, un « fluide » qui imprègne tout. Dieu et la nature ne font qu’un, il n’y a pas de Créateur, je suis une parcelle de Dieu.

Lavieapreslamort.com : Mais puisque c’est au service du bien, ces gens qui ont un don ou qui guérissent font forcément de bonnes choses ?

Si ça ne « marchait » pas, personne n’irait voir des magnétiseurs. Mais lorsque l’on impose les mains, ce n’est jamais anodin. C’est un acte religieux : Jésus imposait les mains et on retrouve ce geste lors des baptêmes, de l’onction des malades ou pour consacrer l’hostie. Les magnétiseurs prétendent maîtriser ce fameux « fluide ». Mais ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’ils font aussi des invocations, que certains prétendent être des prières. Mais qui invoquent-ils ? Quelles sont ces « prières » tellement efficaces ? Mon expérience m’a montré qu’une personne guérie d’un mal de dos, par exemple, finissait souvent par contracter un autre mal : une dépression, un problème psychologique, un dégoût de Dieu. Et puis il y a aussi un risque de dépendance : il existe de vrais accros de la voyance, des guérisseurs, qui deviennent de vrais gourous. Il y a aussi beaucoup d’argent derrière toutes ces questions. Restons donc prudents !

(*) Pendant sa jeunesse, il a pratiqué le spiritisme et la magie noire. Puis, après des études de psychologie, il change de cap, se convertit au christianisme et devient prêtre. Il donne aussi des conférences sur le paranormal.

Pour aller plus loin :

Sur le même thème :

Source : d’après L’1visible

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

14 − 11 =