Comment envisager l’ultime rencontre avec Dieu ?

Comment envisager l’ultime rencontre avec Dieu ?

Comment envisager le mieux possible l’ultime rencontre avec Dieu ? Le Père Christian de Chergé, prieur du monastère des 7 moines de Tibhirine assassinés en 1996, a laissé au monde entier un témoignage qui fait rimer Dieu avec paix et pardon. Un autre de ses frères nous enseigne le secret d’une vie heureuse.

C’est un testament intitulé Quand un à-Dieu s’envisage. Dans celui-ci, le Père Christian de Chergé évoque une question cruciale : celle de savoir comment Dieu voit chacun de ses enfants, s’il est bien vrai que nous sommes tous enfants d’un même Père*, d’où justement la portée universelle de son interrogation, qui nous met d’ailleurs en garde contre toute tentative de récupération : Dieu est « irrécupérable »…

Et si c’était ça, l’ultime question de l’à-dieu : cette vie que nous avons reçue gratuitement, et qu’il nous faudra rendre un jour ou l’autre… acceptons-nous de la donner gratuitement ?

Car oui, cela nous coûte de renoncer à notre petit confort quotidien, à notre précieux temps, pour nous donner totalement aux autres. Tout donner pour se sacrifier gratuitement, à sa famille, ses proches, ceux qui souffrent, ceux qui peinent, les pauvres quels qu’ils soient, aux périphéries de nos vies… Ce don de soi-même qui passe nécessairement, dans la vie chrétienne, par l’acceptation de la croix. Et parfois, nous sommes comme le jeune homme riche de l’Evangile**, celui qui demande précisément au Christ « comment que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » : nous vous avons du mal à couper tous les fils à la patte qui nous retiennent, à nous séparer des biens matériels qui nous préoccupent, pour suivre pleinement le Christ et vivre avec lui, dès ici bas, une vie nouvelle !

En cela, ces moines qui ont tout laissé derrière eux, nous sont un précieux témoignage. Dans un poème, intitulé « Debout », une autre moine de Tibhirine donne justement une belle définition du sens que nous pouvons donner à notre existence, dans l’optique de l’ultime rencontre : « la vie est heureuse à l’échelle de l’amour », conclut-il.

(*) Dans la Bible, livre de Malachie chapitre 2, verset 10 :

Et nous, n’avons-nous pas tous un seul Père ? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi nous trahir les uns les autres, profanant ainsi l’Alliance de nos pères ?

(**) Lire l’Evangile de Matthieu, chapitre 19, verset 16 à 30

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.