Et si l’enfer existait ?

Et si l’enfer existait ?

« On ira tous au Paradis ! », chantait Michel Polnareff. L’enfer ? « c’est ringard ! » « Le Bon Dieu n’a pas pu inventer ça ! ».Philippe Laborie nous en parle…

Cet été, à Notre-Dame du Laus, j’ai eu une belle discussion avec des personnes âgées au sujet de l’enfer. Elle me précise ne pas y croire. Et là, tout de go, je lui dis « Mais si ! Heureusement que l’enfer existe ! », un brin provocateur. « C’est le signe que le Seigneur nous laisse libre de le choisir et de l’aimer ».

L’enfer, non voulu par Dieu, est le lieu habité par des âmes qui ont refusé la Miséricorde du Père. Il nous a créés pour Lui à son image et ressemblance tout en nous laissant libre deL’aimer. Satan, le premier à tomber en enfer, ne cesse d’attirer à lui d’autres âmes par haine absolue pour Dieu.

L’enfer doit-il nous faire peur ? Oui et non. C’est bien un lieu d’extrêmes souffrances qui sont éternelles où la rémission est impossible :

« Dans l’Hadès, en proie à des tortures, il lève les yeux et voit de loin Abraham, et Lazare en son sein. Alors il s’écria : Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car je suis tourmenté dans cette flamme. Mais Abraham dit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et Lazare pareillement ses maux; maintenant ici il est consolé, et toi, tu es tourmenté. Ce n’est pas tout : entre nous et vous un grand abîme a été fixé, afin que ceux qui voudraient passer d’ici chez vous ne le puissent, et qu’on ne traverse pas non plus de là-bas chez nous. » (Evangile de Luc chap. 16, 23-26)

Les petits enfants de Fatima ont fait également l’expérience de la vision de l’enfer. Ils en restèrent marqués à vie.

J’ai eu l’occasion de faire une retraite de discernement selon les exercices de Saint Ignace. En début de retraite, il est demandé de méditer sur la vision de l’enfer. Pendant une vingtaine de minutes, je demande cette grâce, comme les petits pastoureaux, de faire l’expérience de la vision de l’enfer. Rien. Puis, en un éclair, je me suis vu regardant vers le bas attendant que la vision de l’enfer s’ouvre. Et, d’un coup, je me retourne vers le Ciel et vois Jésus et Marie qui me dise : « voilà ce qu’est l’enfer ! » Et je la vis s’éloigner pour finalement disparaître…

L’enfer n’est autre que la séparation de la créature de son Créateur. La vraie douleur est que l’âme ce sait toujours aimée infiniment de Dieu même en enfer mais a choisi de s’en détacher pour toujours.

La vraie liberté de l’Homme est de découvrir en ce monde que nous sommes faits pour Dieu, pour laisser l’Esprit-Saint enflammer tout notre être, pour se laisser purifier par Jésus et enfin se laisser aimer pour aimer le Père. Alors, oui, heureusement que l’enfer est possible pour moi, car je peux ainsi choisir librement d’aimer le Bon-Dieu !

Notre cité se trouve dans les cieux,
nous verrons l’Épouse de l’Agneau,
resplendissante de la gloire de Dieu,

Céleste Jérusalem.

Dieu aura sa demeure avec nous,
Il essuiera les larmes de nos yeux,

Il n’y aura plus de pleurs ni de peines.
Car l’ancien monde s’en est allé.

Et maintenant, voici le salut,
Le règne et la puissance de Dieu,
Soyez donc dans la joie vous les cieux,

Il règnera sans fin dans les siècles.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

56 − 50 =