Le purgatoire, c’est quoi ?

Le purgatoire, c’est quoi ?

[Suite de la deuxième partie : le jugement de Dieu, c’est quoi ?]

Ainsi en complément du jugement de Dieu, il y aurait aussi un purgatoire, mais alors me direz-vous, si Dieu est Miséricordieux, pourquoi y aurait-il un purgatoire ?

La réponse nous est donnée par Sainte Faustine (1905-1938), qui est certainement la mieux placée pour parler de miséricorde : elle raconte que, guidée par son ange gardien, elle a visité le purgatoire… (ce qui en donne aussi une bonne définition, authentique !).

« Je me trouvais dans un endroit enfumé, rempli de flammes, où se trouvaient une multitude d’âmes souffrantes qui prient avec ferveur, mais sans efficacité pour elles-mêmes ; nous seuls pouvons les aider. Les flammes qui les brûlaient ne me touchaient pas. Mon ange gardien ne me quittait pas un seul instant. Et je demandais à ces âmes, quelle était leur plus grande souffrance. Elles me répondirent d’un commun accord que c’était la nostalgie de Dieu. J’ai vu la Sainte Vierge, visitant les âmes au purgatoire. Elles l’appellent « Étoile de la mer ». Elle leur apporte du soulagement. Je voulais encore leur parler, mais mon ange gardien m’avait déjà donné le signal du départ. Nous sortions de cette prison de douleurs quand Dieu a dit : « Ma Miséricorde ne veut pas cela, mais la justice l’exige ». »

Notez que les flammes dont il fait référence ici, sont des flammes d’Amour, comme l’explique Maria Valtorta dans ses visions(*) :

Je te l’explique mais à l’intention de tous, dans une forme qui va choquer beaucoup de personnes qui se croient les dépositaires de la connaissance de l’au-delà et qui ne le sont pas. Les âmes plongées dans ces flammes ne souffrent que pour l’amour. Elles ne sont pas indignes de posséder la Lumière, mais pas tout à fait dignes d’entrer tout de suite au Royaume de la Lumière. Au moment où ils se présentent devant Dieu, ces esprits sont investis de la Lumière. C’est une brève béatitude anticipée qui les assure de leur salut. Elle leur donne la connaissance de ce que sera leur éternité et la pleine conscience de ce qu’ils ont fait à l’âme, la frustrant d’années de bienheureuse possession de Dieu. Plongés ensuite dans le lieu de purification, ils sont assaillis par les flammes expiatrices. Ceux qui parlent du purgatoire disent la vérité en ceci. Mais ils se trompent en voulant appliquer divers noms à ces flammes. Elles sont un incendie d’Amour. Elles purifient en enflammant les âmes d’amour. Elles donnent l’Amour car, lorsque l’âme est parvenue, par elles, à cet amour auquel elle n’était pas parvenue sur terre, elle en est délivrée et se joint à l’Amour au Ciel.

(*) Mystique catholique (1897-1961), auteur du livre L’Évangile tel qu’il m’a été révélé, qui évoque des scènes de la vie du Christ qu’elle dit recevoir par visions ; cependant, ces textes doivent être pris avec précaution : à la suite de nombreux épisodes, en 1993, à l’initiative du cardinal Ratzinger et de la Congrégation pour la doctrine de la foi, la Conférence des évêques italiens demande à l’éditeur de Maria Valtorta de publier un démenti à l’intérieur des volumes « qui indique clairement, dès la toute première page, que les “visions” et les “dictées” auxquelles il est fait allusion sont simplement des formes littéraires utilisées par l’auteur pour raconter la vie de Jésus à sa manière. Elles ne peuvent être considérées comme étant d’origine surnaturelle. »

A suivre… (par Benoît Moreau)

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 5 = 2