Quel salut pour les âmes ?

Quel salut pour les âmes ?

Dans le précédent épisode de notre enquête, nous avons parlé de suicide (lire : expériences de mort imminente : qu’en est-il du suicide ?). Alors dans ce cas, quel salut pour les âmes des personnes suicidées ? Et peut-on contacter nos proches défunts ? Pouvons-nous faire plus que prier pour eux afin de les libérer ? Suite de notre enquête.

Quel salut pour les âmes des personnes suicidées ?

A ma connaissance, personne ne peut prétendre fournir une réponse, Dieu seul a la réponse à cette question. Voici toutefois ce que dit l’Eglise catholique : « On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont données la mort. Dieu peut leur ménager, par des voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance » (Cat. de L’Eglise cath., n° 2283).

Un exemple étant plus parlant que des mots, voici une anecdote se rapportant au saint Curé d’Ars (1786-1859) :

« Une dame avait perdu son mari, homme irréligieux, qui avait fini sa vie par le suicide. Inconsolable sur son sort, qu’elle croyait être la damnation éternelle, elle fut amenée par hasard à Ars et chercha à rencontrer le saint Curé pour l’interroger sur le malheureux défunt.

Elle réussit à l’approcher et, avant même qu’elle eût pu lui dire un mot, le saint lui murmura à l’oreille : 
Il est sauvé… Oui, il est sauvé, insista-t-il. 

La pauvre femme fit un geste de la tête qui voulait dire : 
Oh ! ce n’est pas possible. 
Alors, d’un ton affirmatif encore : 
« Je vous dis qu’il est sauvé, qu’il est en purgatoire et qu’il faut prier pour lui… Entre le parapet du pont et l’eau il a eu le temps de faire un acte de repentir. 
C’est la très Sainte Vierge qui a obtenu sa grâce. Rappelez-vous le mois de Marie élevé dans votre chambre. Votre époux irréligieux ne s’y est point opposé ; il s’est même parfois uni à votre prière… Cela lui a mérité un suprême pardon. »

 (*)

Peut-on contacter les défunts ?

Nous l’avons entre-aperçu dans les témoignages des saints et mystiques, la seule chose dont un défunt a besoin est de vos prières, afin de hâter sa libération du purgatoire.

L’Eglise catholique croit en « la communion de saints » : On appelle « communion des saints » l’ensemble des croyants vivants et morts unis par le Christ. C’est une sorte de solidarité à travers l’espace et le temps. C’est un lien de foi qui unit les croyants de la terre à ceux du ciel. Nous pouvons prier pour nos défunts afin qu’ils sortent du purgatoire et qu’ils accèdent au paradis, et nous recommander à leur intercession auprès de Dieu, c’est-à-dire que dès lors qu’elles sont au paradis, nous leur demandons de prier pour nous le Seigneur.

Toute pratique visant à aller voir un médium, invoquer les morts, faire tourner les tables, etc… et de manière générale toute pratique ésotérique et/ou occulte quelle qu’elle soit est contraire à la foi, et est dangereuse pour votre propre salut (lire aussi : le spiritisme, c’est quoi ?).

Encore une fois, la seule chose dont un défunt a besoin est de vos prières, afin de hâter sa libération du purgatoire. Voici par exemple, ce qu’a vécu Gloria Polo à ce sujet lors de son expérience de mort imminente (EMI, NDE en anglais) : à ce moment de l’EMI, elle est en train de chuter vers ce qui semble être les enfers…

« Je vous en supplie sortez-moi d’ici ! Je suis catholique ! Qui a pu commettre une telle erreur ? Je vous en supplie sortez-moi de là ! […] Tout fut alors inondé d’amour et de paix et toutes ces sombres créatures qui m’entouraient, s’échappèrent car elles ne peuvent faire face à l’Amour. Cette voix précieuse me dit « Très bien, puisque tu es catholique, dis-moi quels sont les commandements de Dieu » […] Je dis : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même ». J’entendis alors : Très bien, les as-tu aimés ? Je répondis : « Oui, je les ai aimés, je les ai aimés, je les ai aimés ! » Et il me fut répondu : ‘Non : Tu n’as pas aimé le Seigneur ton Dieu par-dessus tout, et encore moins ton prochain comme toi-même. Tu t’es créée un dieu que tu ajustais à ta vie et tu t’en servais seulement en cas de besoin désespéré. […] En fait, tu plaçais le Seigneur si bas que tu avais plus confiance dans les augures de Mercure et Vénus. Tu étais aveuglée par l’astrologie, clamant que les étoiles dirigeaient ta vie ! Tu vagabondais vers toutes les doctrines du monde. Tu croyais que tu allais mourir pour renaître encore ! Et tu as oublié la miséricorde. Tu as oublié que tu as été rachetée par le Sang de Dieu ! Je fus mise à l’épreuve avec les dix commandements. Il me fut montré que je prétendais aimer Dieu avec mes mots, mais qu’en réalité c’était Satan que j’aimais. Ainsi, un jour, une femme était entrée dans mon cabinet dentaire pour m’offrir ses services de magie, et je lui avais dit : « je n’y crois pas, mais laissez ces porte-bonheur ici au cas où çà marcherait ». J’avais remisé dans un coin, un fer à cheval et un cactus, censés éloigner les mauvaises énergies. Comme tout cela était honteux ! » 

Pouvons-nous faire plus que prier pour eux afin de les libérer ?

L’Eglise catholique regorge de cadeaux, telle que la confession et l’indulgence plénière : ka confession consiste à reconnaître et à demander pardon à Dieu de manière individuelle pour les péchés que nous avons commis. Toutefois si après une confession vous êtes pardonné de vos péchés, il n’en demeure pas moins, que reste sur vous les conséquences des péchés que vous avez commis (l’impact d’un mensonge sur la vie d’une autre personne par exemple). Et ce sont généralement ces conséquences qui conduisent au purgatoire.

L’indulgence plénière est une grâce qui permet d’obtenir le pardon pour les conséquences des péchés. L’Eglise permet à une personne vivante d’obtenir une indulgence plénière pour soi-même ou pour un défunt. Ainsi, en obtenant une indulgence plénière pour un défunt vous la libérerez du purgatoire.

A suivre… (par Benoît Moreau)

Lire la suite de notre enquête : Expériences de mort imminente : et l’enfer, dans tout ça ?

(*) Abbé Trochu, Le saint curé d’Ars, Paris, ed. Lethielleux

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

87 − = 81