Exclusif : un roman sur la vie après la mort !

Exclusif : un roman sur la vie après la mort !

Stéphane Duté publie aux éditions M+ son premier roman, qui a pour thème la vie après la mort. Interview exclusive.

Lavieaprèslamort.com : Pourquoi avoir voulu écrire votre 1er roman sur le thème de la vie après la mort ?

Stéphane Duté : Pour être franc, je n’avais pas véritablement envie d’écrire un roman. Ni sur ce thème, ni sur aucun autre. Mais j’avais en moi comme l’impression qu’il fallait que je l’écrive. Que c’était important. Car plus j’étudiais les expériences scientifiques sur les expériences de mort imminente, plus je voyais la ressemblance incroyable entre ces réalités et ce que dit l’Eglise depuis toujours. Comme si, au fond, l’esprit de Dieu nous disait : « il est temps, pour croire, que vous receviez des preuves tangibles et matérielles de la réalité spirituelle. »

Lavieaprèslamort.com : Que raconte cette histoire ?

S. D. : Le personnage est l’une des victimes d’un attentat dans une église. Il meure cliniquement et fait ce que l’on appelle une « décorporation ». Il sort de son corps et se met à voyager au-dessus des lieux et des événements. Il vit ce qu’ont vécu des centaines de milliers de personnes à travers le monde. Bientôt, il entre dans un tunnel et part à la rencontre d’une lumière qui semble l’attendre. La lumière, c’est le Christ. Le personnage se trouve au moment du passage entre un monde et un autre. Mais comme l’heure de sa mort n’est pas encore venue, il repart en sens inverse dans le tunnel. Là, il rencontre son ange gardien qui lui raconte l’histoire de la création des anges, de la matière et des hommes, ainsi que le plan de Dieu sur chacun de nous. Mais dans l’église, les terroristes poursuivent leur œuvre dévastatrice. Et ils illustrent, sur la Terre, ce que fut, dans le Ciel, le premier combat des anges, lorsque Lucifer a refusé le plan de Dieu. C’est une espèce de thriller théologique.

Lavieaprèslamort.com : Pourquoi est-il utile de se poser la question de ce qu’il y a « après » ?

S. D. : Le pape Pie XII disait : « Le chrétien vit son présent à partir de son futur ». C’est à cause de cette espérance eschatologique (c’est à dire qui concerne les fins dernières, ndlr) que nous décidons de ce que nous voulons pour notre vie sur la Terre. Le sens que l’on donne à la vie est forcément influencé parce que l’on connait du futur. C’est ainsi que toute les personnes ayant effectué une expérience de mort imminente ont décidé de changer de vie. Et toujours dans le même sens : celui de davantage d’amour.

Lavieaprèslamort.com :  Il est question des anges gardiens : que peut-on leur demander ?

On peut tout leur demander. Mais en gardant à l’esprit qu’ils ne feront rien qui soit contraire à la volonté du Créateur qu’ils voient face à face. Même des choses qui nous semblent bonnes – et qui de fait le sont – peuvent nous être refusées. Non parce qu’elles sont mauvaises, mais parce que les anges voient beaucoup plus loin que nous. Nous sommes tout petits.

Lavieaprèslamort.com : L’évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey, a préfacé votre livre, qu’il a trouvé « palpitant » : raconter une histoire palpitante, cela permet de faire passer un message ?

C’est la question de l’espérance que vous posez. Comment parler aux gens de la vie éternelle sans les ennuyer ? Il m’a semblé qu’un roman d’action était un bon moyen pour vulgariser la théologie catholique des fins dernières. C’est aussi un moyen de parler de ce que la science est bien obligée de constater chaque jour, sans trop vouloir le dire publiquement.

Lavieaprèslamort.com : Sans nous dévoiler la fin, par quels sentiments va passer votre héros ?

Il n’a pas de sentiment. Il est juste bien. Dans une paix profonde. Des gens sont assassinés dans l’église, sa femme est prise en otage et lui ne ressent que paix et douceur. Parce qu’il a déjà un pied dans la vie éternelle !

Lavieaprèslamort.com : Donnez-nous 3 raisons de lire votre roman ?

La première c’est de creuser sa foi. Et son espérance. La seconde est découvrir ce qui nous attend à la fin de notre vie, si l’on en croit ce que dit l’Eglise (même si elle n’est pas engagée sur tous les points que ce roman soulève). Le troisième, c’est la conversion individuelle. Celle de notre cœur. Afin de vivre sur la Terre les yeux fixés sur le Ciel.

Pour acheter le livre : sur le site de l’éditeur

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.