Expérience de mort imminente : elle a entendu Jésus, elle nous raconte

Juin 2017 : Chantal Bonhomme, victime d’un accident cérébral, est opérée en urgence. Alors qu’elle est sur la table d’opération, elle fait une expérience inouïe : elle se retrouve face à une cour céleste baignée de lumière et elle entend le Christ lui parler… Découvrez ce témoignage incroyable !

Porteuse de la drépanocytose et victime de deux accidents cérébraux, la vie de Chantal a changé après une opération où elle a entendu le Seigneur.

– d’après un récit de Famille chrétienne –

Un rayon de soleil

Aujourd’hui, Chantal se rend quatre fois par semaine au Centre de rééducation de Rambouillet (Cerrsy) pour retrouver l’usage de ses jambes et sa coordination gestuelle. Elle avance doucement dans son fauteuil roulant le long du couloir en linoléum. Elle semble si fragile. Pourtant, le Centre s’anime à son contact. Professionnels et patients se déplacent pour savoir comme va la rescapée combative de 44 ans. On la cajole, on l’interroge sur ses baskets. Elle a écrit dessus, au marqueur bleu, God bless me, « parce que c’est Lui qui me fait marcher ». Fine, élégante et soignée, elle distribue les sourires, lance un trait d’humour, alpague un médecin. « La Togolaise » connaît les prénoms de tous les « neuros » qu’elle croise. Ils sont les frères accidentés qui peuplent sa deuxième vie.

Elle voyageait beaucoup

Dans sa première vie, Chantal a beaucoup voyagé. D’abord à 17 ans, du Togo à la France. Ses parents l’y ont envoyée en vue de soigner sa drépanocytose – maladie génétique dont on meurt encore en Afrique. Elle a ensuite voyagé d’hôpitaux en hôpitaux pour subir deux opérations, en juin et en novembre 2017, à la suite d’accidents cérébraux. C’est pourtant un autre voyage qui l’a le plus marquée. Lors de la première intervention chirurgicale, elle rencontre le Christ. Son débit ralentit pour évoquer ce « voyage spirituel », qu’elle n’ose appeler EMI (expérience de mort imminente), par prudence. Avec émotion et naturel, elle raconte ces minutes décisives pendant lesquelles son corps était inerte. Elle n’a pas vu de tunnel mais « une cour céleste baignée de lumière », qu’elle avait envie de rejoindre. Puis elle a entendu la demande explicite du Christ de revenir sur terre pour devenir un être de lumière en se mettant au service des plus faibles. Quand elle évoque l’immense paix qui l’a habitée ce jour-là, sa voix baisse jusqu’au murmure.

Croire en la résurrection

Après cette opération, elle n’a plus l’usage de sa main gauche. Son élocution est plus lente, sa coordination atteinte. Elle marche difficilement et ne peut plus travailler – elle était analyste dans une banque. Mais surtout, Jésus accapare toute son existence. Bouleversée par son « petit voyage », elle approfondit sa foi, se forme à la théologie, se ressource souvent au couvent de Frileuse auprès des carmélites, plonge dans sainte Thérèse d’Avila ou saint François de Sales. Elle doit ramener ses frères au Christ, « afin qu’ils croient à la résurrection ».

Témoigner de sa rencontre avec Dieu

Chantal Bonhomme témoigne aujourd’hui dans un livre, De la nuit à l’amour. Elle y explique son cheminement de foi depuis la religion teintée d’animisme de ses parents. Elle raconte le lien étroit entre souffrance et vie spirituelle, le corps malade qui peut conduire à l’espérance. Selon elle, seule la prière régulière est efficace : « Dieu frappe à toutes les portes, mais elles ne s’ouvrent que de l’intérieur, c’est à nous de Lui ouvrir ! Soyons des enfants capricieux : demandons-Lui tout ce que nous voulons ! » Le fauteuil lui donne des ailes. Elle n’est diminuée que physiquement, car elle a l’intention d’être très active. Elle a créé un fonds de dotation, « La maison des bien-aimés », pour fédérer les associations qui se consacrent à la drépanocytose. Elle veut aussi écrire un livre pour enfants, afin qu’ils comprennent mieux la messe. Elle se concentre sur tout ce qui sera utile pour son dernier voyage, direction le Royaume, qu’elle ne compte pas atteindre seule… ni trop vite !

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.