Que signifie la vie après la mort, pour les chrétiens ?

Que signifie la vie après la mort, pour les chrétiens ?

La vie après la mort ? C’est une question que tous les hommes se posent à un moment ou à un autre de leur existence. Certains y pensent par la négative : « Il n’y a rien » ou bien « Le trou, et puis plus rien ». Pourtant, à la fin de leur vie, après avoir vécu comme s’il n’y avait rien, beaucoup se mettent à penser « qu’il y a peut-être quelque chose ».

La mort, terme terrestre de la vie d’une personne, est à la fois d’une violence inouïe mais aussi le passage vers un autre monde. La foi chrétienne affinne la subsistance, après la mort, d’un “élément” spirituel, doué de conscience et de volonté. Le “moi” subsiste. Cet élément est nommé “âme”, parfois “esprit”. La résurrection des corps, quant à elle, n’adviendra qu’à la fin des temps.

L’homme peut vivre éternellement car il est capable d’être en relation avec Dieu. Celui-ci donne l’éternité à l’homme dans le Christ qui est « Le chemin, la vérité et la vie ».

Les chrétiens ne sont pas les premiers à affirmer qu’il existe une vie après la mort (lire aussi : Quelles sont les différentes façons de voir l’au-delà ?). Toutes les cultures où l’on enterrait les personnes avec de quoi vivre, manger, chasser, se défendre dans “l’au-delà”, percevaient déjà que l’homme n’est pas fait pour la mort. L’idée d’éternité n’est donc pas étrangère à l’homme, elle lui est même comme naturelle.

Pour les chrétiens, Dieu a envoyé son fils, Jésus Christ, qui a pris notre humanité pour nous faire connaître son amour et sa promesse de résurrection. Lui-même est ressuscité le troisième jour après sa mort. ll est sorti du tombeau et est apparu vivant à ses disciples, qui l’ont vu et en ont témoigné.

La résurrection du Christ n’est pas saisissable directement par l’histoire. Elle pose une question à l’histoire et à tous les hommes. Mais le témoignage de ses disciples sur la rencontre du Ressuscité, lui, est historique. Ils en ont témoigné jusqu’au martyre.

La foi en la résurrection des morts s’appuie sur cette résurrection de Jésus. Le Dieu qui nous a créés ne l’a pas fait pour l’espace d’une vie terrestre, comme un jeu ou une absurdité. Par amour, alors que nous n’existions pas encore, il nous a donné la vie et il continue, par amour, de nous appeler à la vie éternelle avec lui. C’est ce qu’on appelle “le Ciel”. Ce Ciel, c’est la vie éternelle de bonheur sans fin, avec Dieu et tous les saints. Il ne s’agit ni d’un paradis matériel, où nous revivrions une vie terrestre (comme le conçoivent les témoins de Jéhovah), ni d’un paradis spiritualiste où les âmes seraient définitivement dépouillées de toute incarnation (selon la théorie de Platon) et de toute personnalité (croyance bouddhiste) : dans le résumé de leur foi, le Credo, les chrétiens affirment qu’ils croient en la « résurrection de la chair », c’est-à-dire de l’âme et du corps ensemble, à l’image du Christ ressuscité. Le Ciel n’est donc pas l’éternité figée que l’on se figure souvent, où l’ennui régnerait en maître. Pour l’évoquer, Jésus a souvent pris des images humaines : noces, grand festin, royaume d’amour, de paix et de justice.

Chaque homme, depuis toute éternité, y est attendu amoureusement par Dieu. ll nous y réserve une place de choix, car nous sommes tous invités personnellement à goûter à la tendresse divine. Nous pourrons alors vivre une profonde communion avec Dieu et les uns avec les autres. Car au Ciel, il n’y aura plus de haine : seul l’Amour restera !

Dieu essaiera toute larme de leurs yeux: de mort, il n’y en aura plus; de pleur, de cri, et de peine, il n’y en aura plus, car l’ancien monde s’en est allé. Alors, celui qui siège sur le trône déclara : « Voici, je fais l’univers nouveau ». Puis il ajouta : « Ces paroles sont certaines et vraies ».

(Dans la Bible, livre de l’Apocalypse, chapitre 21, v. 4-5).

D’après un texte de C.V. pour Il est vivant!

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

35 − 33 =