Menu

Halloween, une origine catholique ?

27 octobre 2022 8 Min Read

Halloween a-t-elle une origine catholique ? Elle tombe le 31 octobre à cause d’un pape, et ses traditions sont le résultat de la piété catholique médiévale. Par le Père Augustin Thompson, O.P.

Halloween, une soit-disant fête celte…

Nous avons tous entendu dire qu’Halloween est un rite païen qui remonte à une fête pré-chrétienne des druides celtes qui aurait échappé à la suppression de l’Eglise catholique. Aujourd’hui encore, les païens et les sorcières modernes continuaient de célébrer cette ancienne fête… Rien n’est plus éloigné de la vérité. Les origines d’Halloween sont, en fait, très chrétiennes et plutôt américaines. Halloween tombe le 31 octobre à cause d’un pape, et son  est le résultat de la piété catholique médiévale.

Il est vrai que les anciens Celtes d’Irlande et de Grande-Bretagne célébraient une fête mineure le 31 octobre – comme ils le faisaient le dernier jour de la plupart des autres mois de l’année. Cependant, Halloween tombe le dernier jour d’octobre parce que la solennité de la Toussaint, ou « All Hallows », tombe le 1er novembre. Cette fête en l’honneur de tous les saints du ciel était autrefois célébrée le 13 mai, mais le pape Grégoire III (mort en 741) l’a déplacée au 1er novembre, jour de la dédicace de la chapelle de la Toussaint à Saint-Pierre de Rome. Plus tard, dans les années 840, le pape Grégoire IV ordonna que la Toussaint soit observée partout. C’est ainsi que la fête s’est étendue à l’Irlande…

Et toi, croyais-tu qu’Halloween est une fête celte ? Viens nous en parler sur le chat’, surtout si tu n’es pas d’accord !

Sur le même sujet :

 

All Hallows Even

La veille, c’était la veillée (vigile) de la fête, « All Hallows Even » ou « Hallowe’en ». À l’époque, Halloween n’avait pas de signification particulière pour les chrétiens ou pour les païens celtes disparus depuis longtemps.

Saint Odilos de Cluny

Saint Odilos de Cluny

En 998, Saint Odilo, l’abbé du puissant monastère de Cluny, en Bourgogne, a ajouté une célébration le 2 novembre. Il s’agissait d’un jour de prière pour les âmes de tous les fidèles décédés. Cette fête, appelée Jour des âmes, s’est répandue de la France au reste de l’Europe.

L’Église catholique avait donc maintenant des fêtes pour tous ceux qui étaient au ciel et tous ceux qui étaient au purgatoire. Mais qu’en est-il de ceux qui se trouvent dans l’autre lieu ? Il semble que les paysans catholiques irlandais s’interrogeaient sur les malheureuses âmes de l’enfer. Après tout, si les âmes de l’enfer sont exclues lorsque nous célébrons celles du paradis et du purgatoire, elles pourraient être assez malheureuses pour causer des problèmes. Il est donc devenu habituel de frapper des pots et des casseroles le soir de la Toussaint pour faire savoir aux damnés qu’ils n’étaient pas oubliés. 

Ainsi, en Irlande du moins, on se souvenait de tous les morts, même si le clergé n’était pas très favorable à Halloween et n’a jamais autorisé le jour de la Toussaint dans le calendrier de l’église.

Ça vous intrigue ? Venez en parler avec nous sur le chat’ !

La vie après la mort ?

Mais ce n’est toujours pas la fête d’Halloween que nous connaissons ! Nos traditions pour cette fête consistent à se déguiser de manière fantaisiste, ce qui n’est pas du tout irlandais ! Cette coutume est plutôt apparue en France au cours des 14e et 15e siècles. L’Europe de la fin du Moyen Âge a été frappée par des épidémies répétées de peste bubonique – la mort noire – et a perdu environ la moitié de sa population. Il n’est pas surprenant que les catholiques aient commencé à se préoccuper davantage de la vie après la mort.

Une danse macabre

Une danse macabre

Danses macabres

Ainsi, chez les catholiques, les messes sont plus nombreuses le jour de la Toussaint et des représentations artistiques sont imaginées pour rappeler à chacun sa propre mortalité. Nous connaissons ces représentations sous le nom de « danse macabre », qui était couramment peinte sur les murs des cimetières et montrait le diable conduisant une marguerite de personnes – papes, rois, dames, chevaliers, moines, paysans, lépreux, etc. Parfois, la danse était présentée le jour même de la Toussaint sous la forme d’un tableau vivant avec des personnes habillées en fonction des différents états de vie.

Mais les Français se déguisaient à la Toussaint, pas à Halloween, et les Irlandais, qui avaient Halloween, ne se déguisaient pas. La façon dont les deux se sont mélangés s’est probablement produite d’abord dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord au cours des années 1700, lorsque les catholiques irlandais et français ont commencé à se marier entre eux. L’accent mis par les Irlandais sur l’enfer a donné aux mascarades françaises une tournure encore plus macabre.

Mais comme le savent tous les jeunes goules, l’important n’est pas de se déguiser, mais d’obtenir le plus de friandises possible. D’où vient donc l’expression « trick or treat » (une farce ou une friandise) ? L’expression « trick or treat » est peut-être l’ajout le plus étrange et le plus américain d’Halloween, et c’est la contribution involontaire des catholiques anglais. Pendant la période pénale des années 1500 à 1700 en Angleterre, les catholiques n’avaient aucun droit légal. Ils ne pouvaient pas occuper de fonctions officielles et étaient soumis à des amendes, à la prison et à de lourds impôts. Dire la messe était un crime capital, et des centaines de prêtres ont été martyrisés !

Et toi, vas-tu te déguiser pour Halloween ? Viens nous raconter ça sur le chat’ !

Aux origines de trick or treat

Parfois, les catholiques anglais ont résisté, parfois bêtement. L’un des actes de résistance les plus stupides était un complot visant à faire sauter le roi protestant Jacques Ier et son Parlement avec de la poudre à canon. Cela était censé déclencher un soulèvement catholique contre les oppresseurs. Le complot de la poudre à canon, mal conçu, a été déjoué le 5 novembre 1605, lorsque l’homme qui gardait la poudre, un converti téméraire nommé Guy Fawkes, a été capturé et arrêté. Il a été pendu ; le complot a échoué.

Existe-il un masque de Guy Fawkes pour Halloween ?

Existe-il un masque de Guy Fawkes pour Halloween ?

Le 5 novembre, jour de Guy Fawkes, est devenu une grande fête en Angleterre, et il en est toujours ainsi. Pendant les périodes pénales, des bandes de fêtards mettaient des masques et rendaient visite aux catholiques locaux en pleine nuit, réclamant de la bière et des gâteaux pour leur fête : trick or treat !

La fête de Guy Fawkes est arrivée dans les colonies américaines avec les premiers colons anglais. Mais à l’époque de la révolution américaine, le vieux roi Jacques et Guy Fawkes avaient pratiquement été oubliés. La fête des bonbons était cependant trop amusante pour être abandonnée, si bien qu’elle a été déplacée au 31 octobre, jour de la mascarade franco-irlandaise. Et en Amérique, le trick or treat n’était pas limité aux catholiques.

Le mélange de diverses traditions d’immigrants que nous connaissons sous le nom d’Halloween était devenu un élément incontournable aux États-Unis au début des années 1800. Cela reste ignoré en Europe, même dans les pays d’où proviennent certaines de ces coutumes.

  • Et toi, avais-tu entendu parler de Guy Fawkes ? Connais-tu d’autres personnages similaires ? Viens nous en dire plus sur le chat’ !

Quand les sorcières s’incrustent

Mais qu’en est-il des sorcières ? Eh bien, elles sont l’un des derniers ajouts. L’industrie des cartes de vœux les a ajoutées à la fin des années 1800. Halloween était déjà « macabre », alors pourquoi ne pas donner aux sorcières une place sur les cartes de vœux ? La carte de vœux Halloween a échoué (bien qu’elle ait connu un récent regain de popularité), mais les sorcières sont restées…

De même, à la fin des années 1800, des folkloristes mal informés ont introduit le jack-o’-lantern. Ils pensaient qu’Halloween était d’origine druidique et païenne. Les lampes fabriquées à partir de navets (et non de citrouilles) faisaient partie des anciens festivals de récolte celtiques, elles ont donc été transposées à la célébration américaine d’Halloween !

Il faut donc faire connaître cette véritable origine de la veille de la Toussaint et inviter à découvrir sa signification chrétienne, ainsi que les deux plus grandes et plus importantes fêtes catholiques qui la suivent, Noël et Pâques. Et vous, allez-vous participer à Halloween ? On en parle ensemble sur le chat’ ?Pour aller plus loin :

(*) Professeur associé d’études religieuses à l’Université de Virginie, via Ucatholic.om. Traduit de l’anglais par Lavieapreslamort.com.

Tu penses quoi de la vie après la mort ? Une suggestion, une question, un conseil ? Viens chat'er avec nous !

Notre association ne vit que de dons. Si vous aimez cette plateforme sur la vie après la mort, faites un don.

Leave a Reply

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *