“Ma mère n’a jamais réussi à faire le deuil”

“Ma mère n’a jamais réussi à faire le deuil”

Voici le témoignage de Gilles, il nous parle de sa mère, qui n’a jamais réussi à faire le deuil de son père. Découvrons son témoignage.

Ma mère n’a jamais réussi à faire le deuil et l’acceptation de la mort dramatique de son père qu’elle aimait d’un amour passionné. Celui-ci a péri enterré vivant, sous un bombardement allié, alors qu’elle n’avait que 15 ans !

Cela eût de nombreux impacts négatifs sur son époux et ses enfants (surtout sur moi, car adolescent, je ressemblai déjà à son père idéalisé et chéri, et mon second prénom, Léon, renforça cela)

Surmonter la perte ou se replier sur soi ?

Ma mère n’a pas vraiment cherché à se faire aider pour désactiver la puissance de ses colères rentrées ou débordantes, de ses tristesses et ses dépressions. Elle n’est donc pas parvenue à les dépasser pour mener à terme le deuil et sortir de la désolation. Elle s’est repliée sur elle-même et isolée. Le gouffre affectif et émotionnel que la mort subite a créé, l’a entraîné, entre autres, à vivre avec moi un envahissement affectif et une surprotection maladive, confuse et morbide (n’étais-je donc pas bien plus qu’un substitut de son père ?)

Une blessure jamais refermée !

Sa blessure béante ne s’est donc jamais refermée, même avec le temps. Une ombre pesante « hanta » donc ses nuits et aussi ses journées et pesa « par ricochet » sur tous ses proches. Ni son époux, ni ses quatre enfants ne furent suffisants pour mener à terme un deuil, lui permettant de quitter le mode survie pour retrouver un bon goût de la vie.

Une douloureuse facture !

La vie de ma mère s’est retrouvée comme suspendue et conditionnée à ce terrible évènement et sans s’en rendre compte, ma mère n’a pu s’empêcher d’en faire payer à ses proches, … l’interminable et douloureuse « facture ».

Libérer pour toujours de la peur et du poids de la mort

Heureusement, Jésus est venu en moi pour me libérer pour toujours de la peur et du poids de la mort. Et Il m’a aussi donné le goût à m’ouvrir à la compréhension des étapes de tout processus de deuil et de renoncement permettant les réémergences de Vie dans les déserts arides de nos êtres blessés, pour aussi que j’encourage autour de moi à ne jamais donner plus de poids à la mort qu’à la Vie.

Faire gagner la Vie, plus forte que la mort ?

Et je me suis aperçu peu à peu, que ce processus de deuil et de renoncement était à mener à son terme, pour ne jamais faire  gagner la mort, et que cela s’appliquait aussi à bien d’autres formes de pertes auxquelles tous les êtres humains se retrouvent confrontés tout au long de leurs…vies terrestres.

«Moi je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra;
quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?»
(Jean 11, 25-26)

Pour lire plus :

Et si on en parlait ensemble ? (Chat' anonyme et gratuit)

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.