Skip to main content

Trouve-t-on le purgatoire dans la Bible ? Certains chrétiens spécialistes de la Bible affirment que oui, d’autres non. Voici un dialogue imaginaire entre une théologienne catholique, soeur Lydie Commandement, et son contradicteur habituel, Pacôme Envret.

Le Youtubeur Tibo Inshape à l’Abbaye de Boulaur (photo d’illustration)

Pacôme Anvret : Un de mes amis m’a dit que les catholiques ne croient plus au purgatoire. J’ai trouvé cela difficile à entendre parce que l’Église catholique est très lente à se réformer ; mais il est catholique et je me suis dit qu’il devait savoir. Alors, est-ce vrai ?

Sœur Lydie Commandement : Malheureusement, votre ami catholique se fonde plus sur des rumeurs que sur des connaissances solides. L’Église catholique n’a pas renoncé à croire au purgatoire, parce que le purgatoire est un dogme de la foi, ou ce que nous pouvons appeler une doctrine ou un enseignement de foi, le mot dogme étant aujourd’hui très mal connoté.

Pacôme Anvret : C’est bien ce que je pensais. Mais cela me pose un gros problème. L’Église catholique prétend suivre les enseignements de la Bible, mais je n’en trouve aucune mention dans les Écritures.

Sœur Lydie Commandement : Avant de vous montrer quelques références bibliques, dites-moi ce que vous retenez de l’enseignement catholique sur le purgatoire, car je trouve souvent qu’il est mal compris.

Pacôme Anvret : Le purgatoire est comme une seconde chance pour les personnes qui n’ont pas été de bons disciples de Jésus dans ce monde. S’ils ne l’ont pas suivi, ils peuvent effacer leurs péchés au purgatoire et aller au ciel. Je vois le purgatoire comme un  des modèles de croyance des catholiques qui dépendraient de leurs  bonnes œuvres, comme moyens d’accéder au salut. Le purgatoire n’est pas le paradis ni l’enfer, mais un état intermédiaire dans lequel les gens sont punis pour les fautes de cette vie qui n’ont pas été pardonnées.

Sœur Lydie Commandement : Votre compréhension ne correspond malheureusement pas à ce que l’Église catholique enseigne. Cela peut vous surprendre de savoir que l’Église fait très peu de déclarations contraignantes sur ce qu’est le purgatoire. Les articles du Catéchisme de l’Église catholique sont très courts. La déclaration la plus importante, au numéro 1030, est : « Tous ceux qui meurent dans la grâce (le cadeau) et l’amitié de Dieu, mais encore imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel ». Alors, voyez-vous, le purgatoire n’est pas une seconde chance après cette vie. C’est seulement pour ceux qui « meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu ».

  • Pour aller plus loin : la sainteté, c’est quoi ?
Le jugement dernier, détail : figure centrale d’un damné exprimant désespoir, remord, anéantissement physique et spirituel. Fresque (1537-1541), Chapelle Sixtine, Vatican.

Le jugement dernier, détail : figure centrale d’un damné exprimant désespoir, remord, anéantissement physique et spirituel. Fresque (1537-1541), Chapelle Sixtine, Vatican.

Pacôme Anvret : Que signifie « mourir dans la grâce et l’amitié de Dieu » ? Dans sa lettre aux Romains, au chapitre 10 verset 9, Paul dit que si vous croyez en Jésus-Christ, vous serez sauvé. Il ne dit rien sur le fait de subir une purification après la mort. Toute la sainteté dont nous avons besoin pour entrer au ciel est en Christ. Si nous lui faisons confiance, nous serons sauvés !

Sœur Lydie Commandement : Parler de la mort dans la grâce (le don) de Dieu est une autre façon de dire que lorsque nous mourons, nous devons avoir foi en Christ, comme le dit ce passage. Mais Paul n’avait pas l’intention d’affirmer que ses paroles dans ce texte soient considérées comme tout ce qu’il y avait à enseigner à ce sujet. Nous ne devons interpréter un texte de la Bible qu’à la lumière de toute la Bible.

Pacôme Anvret : Je suis d’accord, mais quoiqu’on en dise, il n’y a pas un mot sur le purgatoire dans la Bible !

Sœur Lydie Commandement : Regardez ce que dit Saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens, chapitre 3, verset 14-15 : « Si l’œuvre que quelqu’un a bâtie sur le fondement survit, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est brûlée, il subira une perte, bien qu’il soit lui-même sauvé, mais seulement comme par le feu. » Vous voyez bien ici que le mot latin purgatoire signifie une purgation ou une consumation par le feu. Paul dans ces versets fait référence à un processus de purification par lequel un homme est sauvé, même si ses œuvres sont brûlées. C’est précisément ce qu’enseigne l’Église catholique, cher Pacôme ! A sa mort, une personne, qui a encore des défauts personnels, est empêchée d’entrer au ciel, parce qu’elle n’est pas complètement purifiée. Elle doit passer par une période de purification pour être rendue pure, car rien d’impur n’entrera au ciel (1).

Pacôme Anvret : Vous avez dit que nous devons interpréter les versets de la Bible dans leur contexte, mais vous avez omis le verset 13 : « L’œuvre de chaque homme deviendra manifeste ; car le jour du jugement la fera connaître, car elle sera révélée par le feu, et le feu testera ce que vaut l’œuvre de chacun. » Vous voyez qu’il est question du « Jour », c’est-à-dire du Jour du Jugement, et non d’un quelconque état intermédiaire, en l’occurrence le purgatoire.

Sœur Lydie Commandement : Bien sûr, nous ne savons pas vraiment de quel jour Paul parle, il serait donc arbitraire de le limiter au dernier jour du jugement. Je suppose que nous croyons tous les deux à un jugement personnel après la mort et à un jugement général à la fin des temps.

Pacôme Anvret : Oui, mais il me semble beaucoup plus logique de lire cela comme faisant référence au jugement général. Il parle d’un jour qui met en lumière nos actes, pas d’un processus de purification. Et même si ce texte pouvait faire référence au jugement personnel, il ne montre pas pour autant que la notion catholique de purgatoire correspond à une réalité. Encore une fois, je ne vois pas le mot purgatoire dans la Bible.

Sœur Lydie Commandement : En supposant que le texte puisse faire référence au jugement personnel, que voyez-vous dans l’idée de purgatoire qui ne se trouve pas dans ce passage ?

Pacôme Anvret : Eh bien, l’objection la plus évidente est qu’il ne mentionne aucune sorte de prière pour les morts, qui est une partie importante de l’enseignement de l’Église sur le purgatoire.

Sœur Lydie Commandement : Je suis d’accord que ces versets ne mentionnent pas de prières pour les morts, mais d’autres passages de la Bible le font. Le plus évident est ce passage du 2ème livre des Maccabées, chapitre 12, versets 40-45 : lorsque Judas prie et fait offrir des sacrifices pour les soldats morts au combat, il est félicité pour avoir agi « très bien et honorablement ».

Pacôme Anvret : Ce livre n’est pas « inspiré », donc vous ne pouvez pas l’utiliser comme soutien scripturaire pour affirmer que le purgatoire est dans la Bible.

Le jugement dernier : le Christ qui juge et la Vierge Marie - détail de fresque de Michel-Ange (1535-1541) chapelle Sixtine, Vatican.

Le jugement dernier : le Christ qui juge et la Vierge Marie – détail de fresque de Michel-Ange (1535-1541) chapelle Sixtine, Vatican.

Sœur Lydie Commandement : Nous devrons discuter de l’inspiration des Maccabées une autre fois, mais au moins ce passage montre que, même avant le Christ, le peuple juif reconnaissait la nécessité de la purification des péchés après la mort, et croyait que les prières et les sacrifices de ceux qui vivaient encore pouvaient aider à cette purification. L’Église catholique n’a pas inventé cette idée.

Pacôme Anvret : Eh bien, même si l’Église catholique ne l’a pas inventé, cela ne veut pas dire que c’est vrai. Nous sommes sous la Nouvelle Alliance, où tant de préceptes de l’Ancienne Loi, comme les lois alimentaires, ne s’appliquent plus. Ce besoin de purification après la mort pourrait en faire partie.

Sœur Lydie Commandement : Je conviens que nous ne pouvons pas dire que tout ce qui est décrit dans le judaïsme avant le Christ s’applique à notre état après Christ. Pour autant, l’indication chez les Maccabées de la purification après la mort n’est pas un précepte mais une croyance, et elle n’est donc pas dans la même catégorie que les lois alimentaires. De plus, le Nouveau Testament montre une continuité avec cette idée. Par exemple, Matthieu chapitre 12 verset 32 dit que certaines personnes qui pèchent « ne seront pas pardonnées, ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir ». Cela suggère qu’il y a des péchés qui seront pardonnés dans le monde à venir. S’il n’y a pas de purification après la mort, alors ce passage n’a pas beaucoup de sens.

Pacôme Anvret : Jésus ne parlait pas de la distinction entre cette vie et la suivante ; il faisait plutôt une distinction entre le monde sous l’Ancienne Alliance et celui sous la Nouvelle Alliance.

Sœur Lydie Commandement : Cette interprétation n’a pas de sens, cependant, parce qu’elle ne correspond pas au contexte du verset. Juste avant cela, Jésus avait chassé les démons, et il a annoncé que le royaume de Dieu était venu. Il dit que le royaume de Dieu est déjà présent ; cela aurait peu de sens pour lui de se référer ensuite à la domination du royaume comme à un « monde à venir ».

Pacôme Anvret : Même ainsi, cela pourrait simplement signifier qu’au moment de notre mort, nous sommes purifiés et pardonnés. La mise à l’épreuve dans la première lettre de Saint Paul aux Corinthiens, chapitre 3 versets 14-15 pourrait être instantanée. Je ne vois aucune preuve dans la Bible que les âmes existent réellement après la mort dans un état d’existence qui n’est ni le ciel ni l’enfer. Et d’ailleurs, toujours pas de mot purgatoire dans la Bible !

Sœur Lydie Commandement : L’Église n’exclut pas la possibilité que le purgatoire puisse être une purification instantanée, mais il y a des indications dans la Bible que les âmes existent dans un état qui n’est ni le ciel ni l’enfer. Regardez la première de lettre de saint Pierre chapitre 3, versets 19-20 : ils montrent Jésus prêchant « aux esprits en prison ». La « prison » ne peut pas être le paradis, parce que les gens là-bas n’ont pas besoin que l’Évangile leur soit prêché. Ça ne peut pas être non plus l’enfer, parce que les âmes en enfer ne peuvent pas se repentir. Ça doit être autre chose. Comme vous pouvez le voir, il n’y a rien de contraire à l’affirmation selon laquelle ceux qui sont morts ne pourraient pas immédiatement aller au ciel ou en enfer.

Pacôme Anvret : Même si les passages que vous citez font référence à un état autre que le ciel ou l’enfer, cela n’implique pas automatiquement que ce soit le purgatoire, car les « esprits en prison » sont morts avant que le sacrifice du Christ n’ouvre la voie du ciel. Ce dont il est question dans cette lettre de Pierre n’est pas nécessairement le purgatoire. Vous ne m’avez donc pas démontré qu’est présent, d’une façon ou d’une autre, le mot purgatoire dans la Bible.

Sœur Lydie Commandement : Il est certainement possible que l’État mentionné ici, souvent appelé « le limbe des pères », soit un État autre que celui du purgatoire, mais au moins nous avons établi qu’il n’est pas contraire à l’Ecriture d’affirmer que ceux qui sont morts peuvent être dans un état temporaire autre que le paradis ou l’enfer.

Pacôme Anvret : Eh bien, je peux comprendre pourquoi les gens qui sont morts avant le Christ auraient pu être dans un état autre que le ciel ou l’enfer ; mais l’idée du purgatoire semble incompatible avec l’amour de Dieu. Si Dieu nous aime vraiment, pourquoi voudrait-il que nous allions au purgatoire et que nous souffrions pour nos péchés ?

Sœur Lydie Commandement : Au contraire, l’idée du purgatoire, lorsqu’elle est correctement comprise, est tout à fait cohérente avec l’amour de Dieu. Dieu veut que nous soyons parfaits (cf. Evangile de Matthieu chapitre 5, verset 48). Si nous ne sommes pas rendus parfaits au moment de notre mort, nous le serons au purgatoire. Dieu nous aime trop pour nous permettre d’être moins que ce que nous devrions être, selon son projet, lors de notre création. Le purgatoire n’a rien à voir avec un Dieu en colère infligeant une punition à ses créatures. Il s’agit d’un Père aimant qui « nous discipline pour notre bien, afin que nous puissions partager sa sainteté ».

Et toi, ami lecteur, amie lectrice, qu’en penses-tu ? Trouves-tu des signes du purgatoire dans la Bible ? Viens en parlez avec nous par chat’ !

Pour aller plus loin :

 


Notes

(1) Cf Apocalypse 21, verset 27.

(2) Cf lettre aux Hébreux chapitre 12, verset 10.

Article de Christine Pinheiro traduit par C.L. pour © Lavieapreslamort.com

Tu penses quoi de la vie après la mort ? Et si on en parlait ensemble ? (Chat' anonyme et gratuit)

Poster une réponse

Close Menu

.

Un site Lights in the Dark

Association catholique qui a pour objectif d’apporter la Bonne Nouvelle sur Internet.

logo lights in the dark

www.lightsinthedark.info